Des espaces verts plus respectueux des sols

Posted by on 12/03/2014 in Techniques

Des espaces verts plus respectueux des sols

Le sol provient de la décomposition et de l’altération des roches, il est constitué de couches (horizons) :

  • la litière : ensemble de feuilles mortes et débris végétaux en décomposition qui recouvrent le sol,
  • l’humus : couche supérieure du sol créée et entretenue par la décomposition de la matière organique,
  • la roche : matériaux naturels généralement solides et formés, essentiellement ou en totalité, par un assemblage de minéraux.

Le sol a de multiples fonctions essentielles pour l’équilibre de la planète, il :

  • nourrit le monde,
  • régule l’eau,
  • épure l’eau,
  • stocke le carbone,
  • abrite 80 % de la biomasse,
  • produit des matériaux (pour le bâti, pour les minéraux, pour les colorants..),
  • conserve les traces de l’histoire.

Mais le sol fertile est rare. C’est une couche mince de quelques centimètres à quelques mètres.

Seuls 17 % de la surface des continents est cultivable. Ces 17% sont fertiles grâce au « complexe argilo humique » qui est un savant mélange de minéraux argileux et d’humus. D’un point de vue chimique, argile et humus ne devraient normalement pas se lier entre eux mais grâce à l’action des racines via les mycorhizes qui transforment l’humus en argile et à la faune qui mélange les horizons, ce complexe se constitue au rythme de 60 kg/ha/an. Les mycorhizes viennent du résultat de la symbiose entre des champignons et les racines d’une plante.

On compte 260 millions d’animaux (taupe, insectes, vers de terre…) au m2 et 1 milliard de végétaux (bactéries, algues, mycorhizes…)au gramme.

Sans ces mycorhizes et cette faune, les sols deviennent stériles.

L’urbanisation, l’agriculture intensive, le jardinage intensif… détruisent ce patrimoine.

Les pratiques classiques de travaux d’espaces verts participent à cette détérioration.

De nouveaux gestes sont à expérimenter sur les chantiers d’espaces verts :

  • creuser des fosses juste adaptées à la taille des mottes,
  • stocker les terres déblayées sur une hauteur maximale de 1.00 à 1.20 m de hauteur en respectant les différentes horizons,
  • utiliser tant que possible la terre du site sans import,
  • ne pas enfouir la terre fertile au fond des fosses (respecter les horizons du site),
  • ne pas mettre de drain d’arrosage qui emmène l’eau au fond de la fosse,
  • reconstituer une litière (Bois Raméal Fragmenté : fragments de bois…),
  • limiter les surface imperméables,
  • veiller à ne pas fragmenter les surfaces en herbe en réalisant des allées en pas japonais, des interruptions dans les solives et bordures.

 

Seules quelques pépinières en France produisent des végétaux  mycorhizés et vendent de la mycorhize :

  • pépinière Thuilleaux (Yvelines) : http://www.thuilleaux.com/
  • pépinière Robin (Hautes Alpes) : http://www.robinpepinieres.com/
  • pour le gazon:  MYKE : http://www.usemykepro.com/accueil.aspx

 

Il faut aussi travailler sur la reconquête des sols en recomposant des sols fertiles :

  • sur une base de sol type « roche » comme de l’enrobé : scier et arracher des plaques d’enrobé puis semer dans le hérisson (couche de fondation de l’enrobé),
  • sur une base de sol type « roche » comme des gravats concassés : faire un apport de mycorhize et du paillage,
  • sur une base de sol type « argile » : composer une litière artificielle par du paillage et en particulier la mise en place de BRF,
  • sur une base de sol type « gazon » : importer des semences sauvages via les excréments du bétail avec l’écopâturage ou une gestion par fauche annuelle.

Il faut surtout prendre conscience de l’importance des sols !

 

Share This

Share this post with your friends!